06 mars 2006

Les illusions du patriotisme économique Suite

6 mars 06 La vague de nationalisme économique qui déferle sur l’Europe ne présage rien de bon. La fusion Suez – Gaz de France est peut-être conforme à notre intérêt national à court terme, encore qu’elle pose quelques problèmes pour l’avenir européen d’ EDF. Mais est-elle compatible avec la poursuite de la politique d’investissements extérieurs tous azimuts que poursuivent tant de nos entreprises, à commencer par EDF propriétaire de London Electricity, sans que les Anglais, moins nationalistes dans ce domaine, – l’exception confirme la règle – y trouvent à redire ? Il appartient à la Commission de rappeler l’urgence de créer des groupes européens transnationaux capables de tenir tête à Gazprom comme aux multinationales américaines. Le patriotisme économique n’est pas une exclusivité française. Voir la crispation espagnole sur Endesa, voir les regroupements allemands, voir même les réactions italiennes et polonaises dans le secteur bancaire. Politique des Curiace ou de Gribouille, c’est tout un !

2 commentaires:

Bernard Levasseur a dit…

Je suis d'accord avec vous sur l'urgence de créer des groupes européens transnationaux. Pouvez vous précisez ce qui vous paraît souhaitable: créer des monopoles type Electricité d'Europe, Société Transnationale des Chemins de Fer Européens, Gaz d'Europe etc.. Ou quel autre genre de structures et quel chemin pour les construire ?

Robert Toulemon a dit…

Je vous au répondu par un nouveau message pour l'énergie. De même une entreprise commune serait très utile pour faciliter la création d'un réseau ferré européen de TGV.